Dossier presse suite

Les commentaires de Lecture 

 

Un objet curieux, un peu complexe à lire mais étonnamment fluide quand on le raconte et complètement perturbant quand on s'entend le dire mais le résultat est d'une très grande simplicité une variation intelligente autour de la question simple et quotidienne de comment exister librement quand on vit au coeur des zones déshumanisées de nos banlieues placée sous la loi du plus fort et où le machisme le plus rétrograde est constamment mis à l'honneur, chanter et clamer haut et fort à qui veut l'entendre ! Alors Bravo et merci pour ce magnifique livre !  

 

Françoise Davray

 

____________________

 

"Un mélange de préciosité, de mots savants alternés de languages populaires, un univers de jeux vidéos, de clips, de références musicales, de noms de marques y compris de leurs improbables produits dérivés, du bruit, du rythme, ni silence ni pause, ni ponctuation simplement des blocs de lignes se succédant au fil des pages comme des briques, des pavés agglomérés de codes à empiler, du superficiel, du matériel de l'événement, du factuel même les passages poétiques sont étirés jusqu'à la limite d'un style qui donne le vertige, nous exténue nous conduisant au bord de l'épuisement pour mieux nous faire ressentir cette impression de "flow" qui défile roule se déroule nous enroule sans  jamais vouloir s'arrêter.

 

Ainsi, là où d'autres auteurs vont à l'économie de moyens, nous laissant respirer pour nous permettre de mieux pénétrer le texte de nous l'approprier ici bien au contraire aucun blanc n'est laissé et ce qui nous est donné à lire est un espace rempli, totalement clos, sur-saturé de sens et qui non content d'explorer un ou deux lexiques de vocabulaire veut les explorer tous, scientifiques, économiques, techniques, poétiques, anciens, contemporains, futuristes comme si l'auteur animé par une peur intrinséque du vide voulais être présent partout  ! Mais justement cette omniprésence d'un flot continu d'informations disponibles chaque jour se déroulant face à nous sur nos écrans se donnant à voir, à entendre au hasard d'un zapp ou d'un clic, dans une culture de l'immédiat et de l'hétéroclite n'était-ce pas là le reflet exact de notre époque ?

 

Et finalement l'objet de réflexion de ce livre qui parfois justement, par des mots  impossibles nous provoque dans nos retranchements ultimes de lecteurs n'est-il  pas cette question sur les limites de l'écrit et de l'art littéraire à décrire justement notre monde du multimédia fait de rapidité, de liens, d'images, de sons, d'hypertextes et de flashs en tous genres défilant en surimpression nous invitant à un toujours plus ! En cela, par sa forme si contraignante ce livre traduit l'entreprise désespérée et extrême d'un auteur de son temps à vouloir décrire le réel seulement avec des mots !"

 

Jérôme Cazenave 

 

____________________

 

"Et pour tous ceux familiers de cette écriture ou des ateliers Slam et qui savent combien c'est une entreprise difficile de mener à bien un tel projet "Manhattan On Xénie Air" est déjà une référence !"

 

 

 

Claude Daoudal

 

 

____________________

 

 

"Selon notre lecture, voici une preuve de plus de l'événement d'un nouveau registre dans le fonctionnement des textes contemporains. En effet, dans une époque où l'instanciation chez les lecteurs d'un contexte aussi univoque et précis que possible est tenue pour caduque, conséquence littéraire de la disparition d'un référent commun dominant et stable à l'horizon de nos sociétés constituées d'individus aux appartenances multiples, l'écrivain se doit désormais d'envisager des solutions originales pour assurer l'autonomie et la compréhension de son oeuvre.

 

Le plus souvent cherchant à rivaliser avec le cinéma et en opposition avec celui-ci les auteurs actuels se tournent généralement vers un récit fondé sur les omissions, les lacunes, le manque, l'indécis, l'indéterminé ou la banalité pour ainsi créer le suspens et laisser une part plus importante au lecteur capable alors de convoquer des contextes subjectifs qui lui sont particuliers, spécifiques et issus de ses propres expériences ou connaissances. 

 

Nous avons ici un procédé exactement inverse. C'est en effet non par le manque mais au contraire par le remplissage, par la profusion et la succession de pages surchargées de signes que le fonctionnement linguistique lui-même, dans ce qu'il a d'automatique est utilisé par l'auteur pour brouiller la représentation. Ce livre nous propose une extraordinaire surabondance, qui n'est pas sans nous rappeler que le texte écrit n'est finalement qu'un code incomplet et nécrosé, qu'un moyen technique de l'information et que seule la parole est vivante, opératoire. Dès lors, il appartient au lecteur d'investir dans ce livre ses propres schèmes créateurs de sens, dans un effort de coopération redoublée, voire de co-création afin d'assurer le fonctionnement de la lecture de cet ouvrage. Il s'en suit un jeu infini dans les multiples interprétations possibles d'un Je de plus en plus complexe ; Un jeu cependant d'une telle intensité créatrice qu'il ne peut conduire qu'au désir de jouer véritablement ce texte à la manière d'une pièce de théâtre convoquant ainsi le sujet de passer de l'état de lecteur à celui d'acteur. En tous les cas voici un premier roman qui ne passe pas inaperçu et qui ne laisse pas indifférent."     

 

Luc Vangorp

 

____________________

 

"Enumérations, parataxe, ellipses, associations, interjections, onomatopées, exclamations, superpositions d'idées, enchevêtrement, syntaxe écartelée, étirée, ponctuation inhabituelle, métaphores, hyperboles, néologismes, inventions,  mots peu usités,  termes techniques, mélanges des genres et des langues, populaire, argot new-yorkais, franglais, créole c'est ainsi qu'avec une maîtrise étonnante que Diti Tway réussit le pari de nous faire entendre la magie des littératures orales qui faut-il le rappeler sont toujours inscrites dans le quotidien des gens de leur époque.

 

 

En ce sens, ne nous étonnons pas d'y retrouver les mots de notre temps et surtout ne nous étonnons pas d'y retrouver une francophonie qui dépasse les frontières de la stricte littérature française et donne ainsi une place aux vivantes trouvailles d'une langue parlée par plus de 300 millions de personnes dans le monde !" 

 

 

Cécile Dargnat

 

____________________

 

 

 

"La description du réel au travers d'un voyage dans la virtualité,  le texte d'une jeune fille écrit à la première personne mais par un garçon, une écriture certes mais construite autour d'une volonté permanente d'oralité, un procédé littéraire celui du monologue intérieur mais totalement extériorisé amplifié car raconté au micro, l'évocation d'un flux ininterrompu de pensées qui traversent la tête du personnage et  supposées être racontées en direct comme si elles émergeaient sous l'emprise d'une bouffée délirante mais la recherche forcenée tout au long du récit d'une logique narrative pointilliste, le choix de la conversation courante et plus visiblement encore d'une construction proche du langage enfantin où le contexte lui-même est donné par la situation mais a contrario la surenchère de mots complexes et de synonymes recherchés !

 

Voici donc un Roman qui s'il n'est pas novateur dans l'utilisation d'une technique littéraire particulière mais comment peut-on en inventer d'autres est totalement déconcertant par la profusion et la multiplicité des tentatives que l'auteur(e) peut faire à vouloir ainsi construire un récit sur de telles contradictions. Contradictions qui si elles ne sont pas toujours convainquantes du point de vue de l'analyste produisent cependant un halo poétique nous entraînant dans une histoire que l'on peut juger superficielle et fantaisiste mais qui n'est pas sans poser l'interrogation profonde de notre capacité à avoir une place en tant que sujet humain dans les oppositions constantes et pressantes dans lesquelles nous évoluons  et à ainsi tracer notre voie ou plus exactement faire entendre notre voix au-dessus de la confusion et du chaos pour tenter d'exister dans la cité, telle Xénie qui fait son show dans le réduit de son HLM."

 

Pascal Turiuani

 

___________________

 

 

"Les écrivains bien avant d'être des auteurs sont avant tout des lecteurs, de grands lecteurs et quand ils écrivent ils éprouvent toujours la nostalgie de leurs lectures passées cherchant ainsi à retrouver leurs premières sensations tout autant qu'à dépasser leurs maîtres. 

 

Cependant dans notre monde actuel de pages écrans, de multimédia, de sons, de vidéo  que seront les écrivains de demain ? Comment écriront ceux-là mêmes qui n'ont jamais été lecteurs, ceux pour qui d'ailleurs ce mot ne peut être associé qu'à mp3,  CD ou DVD  et qui bientôt emportés par leur soif de technologie vont vous répondre "ah lecteur de livres, non je connais pas" !

 

Oui, comment écriront ceux pour qui la lecture n'a toujours été qu'enuyeuse et fastidieuse ? Comment écriront ceux qui ne savent que parler ! Vous voulez savoir, vous voulez connaître ! Achetez ce livre vous comprendrez,.. rien ou presque enfin pour les vieux que nous sommes devenus ! Mais lisez-le à voix haute et vous vous exclamerez mais c'est du Slam !! Et vous serez immédiatement emporté par le bonheur retrouvé de dire !"

 

Jean Claude Blinkertz

 

____________________

 

 

   



06/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour